NUEVO DIGITAL - Internacional
LE MONDE
Javier Monjas - 26/01/2013 - 08:26 PM   GMT+01:00

ImprimirCompartir en FacebookCompartir en TwitterCompartir en Menéame

74 % des personnes interrogées estiment en effet que l’islam est une religion « intolérante » et qu’il n’est pas compatible avec les valeurs de la société française. Chiffre plus radical encore, huit sondés sur dix jugent que la religion musulmane cherche « à imposer son mode de fonctionnement aux autres ». Enfin, plus de la moitié des personnes interrogées pensent que les musulmans sont « en majorité » (10 %) ou « en partie » (44 %) « intégristes », sans que l’on sache ce qu’elles entendent par ce qualificatif.

Ces proportions varient certes en fonction de l’âge et de l’appartenance politique des sondés, mais, signe de leur enracinement dans l’imaginaire collectif, elles restent largement majoritaires dans toutes les catégories. Ainsi 65 % des gens de gauche et 68 % des moins de 35 ans partagent l’idée que l’islam n’est pas une religion tolérante, tandis que 61 % des premiers, et 66 % des seconds pensent qu’il n’est pas compatible avec les valeurs de la société française.

Par ailleurs, il apparait que cette vision négative est clairement réservée à l’islam car, en dépit de ce qu’en pensent certains croyants catholiques ou juifs, leur religion respective conserve plutôt une bonne image dans l’opinion publique. 72% des sondéss pensent en effet que la religion catholique est tolérante, tandis que 66% partagent cette opinion en ce qui concerne le judaïsme.

Que vous inspirent les résultats du sondage ?

Il faut se demander ce qu'il reste de la gravité de ces résultats quand on en soustrait des éléments de contexte et une part d'irrationnel : la crise économique qui suscite une angoisse diffuse, n'attendant qu'un sujet pour se cristalliser, un fond d'intolérance ou de racisme ordinaire irréductible, la part des fantasmes face à un "grand méchant" dont on aurait besoin, la surinterprétation du religieux, un certain populisme.