NUEVO DIGITAL - Internacional

ATLANTICO.FR
Javier Monjas - 26/01/2013 - 08:28 PM   GMT+01:00

ImprimirCompartir en FacebookCompartir en TwitterCompartir en MenéamePublicar en del.icio.us

Près de trois Français sur quatre estiment que l'islam n'est pas compatible avec la société française, selon un sondage Ipsos réalisé pour Le Monde, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) et la Fondation Jean-Jaurès. Entre les discours lénifiants si souvent tenus par les élites politico-médiatiques, une certaine réticence des musulmans à se remettre en cause et les débordements des obsédés de la question, qui porte la grande part de responsabilité de ce constat accablant?

Daoud Boughezala : Ce sondage exprime des réalités enfouies sous le boisseau des discours lénifiants sur le "vivre-ensemble", la "diversité" et l’éternel refrain de la "France qu’on aime". Ceci dit, Bourdieu nous a appris que les résultats de toute enquête d’opinion étaient déterminés par la question posée. Je crois que les sondeurs comme les sondés pèchent par un certain essentialisme de façade : sans l’avouer explicitement, ce n’est pas tant l’islam comme doctrine théologique dont il est ici question mais plutôt l’immigration en provenance des pays musulmans. Pour y voir plus clair dans ce débat, peut-être faudrait-il reformuler la question en la recentrant sur l’immigration, ce qui éviterait de mêler un enjeu social de premier ordre (la capacité d’accueil) avec des considérations théologiques.

Engoncés dans leur irénisme, nos hommes politiques évitent généralement l’obstacle en vantant les mérites d’un "islam des Lumières, religion de paix et de tolérance". Là n’est pas la question. Evitons les dérobades : la société française, massivement sécularisée, se demande aujourd’hui, si elle peut absorber les millions d’immigrés présents sur son territoire, qui importent une culture et des modes de vie spécifiques, dans lesquels l’islam prend souvent une part prépondérante. Ce que l’on pense abstraitement de la religion musulmane n’a que peu à voir avec la condition des immigrés musulmans actuellement présents sur notre sol, qui cohabitent parfois malaisément avec les populations "autochtones".


Navegación

Entrada anterior:
Bandas de matones islámicos imponen la sharia bajo amenazas en barrios de Londres

Entrada siguiente:
“La mezcla de corrección política y de tópico es una rémora brutal”

Últimas entradas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sindicación
RSS 1.0
RSS 2.0
ATOM